déclaration fiscale

comptableLe professionnel comptable est le premier acteur de prévention des difficultés auxquelles une entreprise peut faire face. En association avec le réviseur d’entreprise, le comptable agréé externe doit attirer l’attention des responsables (conseil d’administration, organe de gestion) de l’entreprise lorsque les résultats de celle-ci entraînent un risque pour sa capacité financière à court terme ou quand les pertes entament les capitaux propres.
Cette responsabilité de prévention et de médiation a été renforcée par un amendement à la loi sur la continuité des entreprises. Concrètement, le système préventif instauré prévoit le fonctionnement suivant :
Si l’expert-comptable externe, le conseil fiscal externe, le comptable agréé externe, le comptable-fiscaliste externe et le réviseur d’entreprise constatent, durant l’exercice de leur mission, des faits qui compromettent la continuité de l’entreprise, ils ont l’obligation d’en prévenir le débiteur en l’informant de manière précise au travers de son organe de gestion. Si, dans un délai d’un mois après cette information, aucune mesure n’a été prise pour assurer la continuité de l’entreprise pendant une durée minimale de 12 mois, l’expert-comptable externe, le conseil fiscal externe ou le réviseur d’entreprise peuvent en informer le président du tribunal de commerce.
Par «faits qui compromettent la continuité de l’entreprise», on entend notamment :

  • Des retards de paiement (ONSS, TVA, impôts, précomptes…)
  • Des pertes successives
  • Une diminution des fonds propres suite à des pertes
  • Une activité en péril
avocat

avocatDepuis le 1er janvier 2014, les prestations d’avocats sont soumises à la TVA. En conséquence, les avocats sont désormais tenus, lors de chaque perception d’honoraires par carte bancaire ou en espèces, de produire en deux exemplaires (original et duplicata) un reçu daté et signé. Ce reçu doit être extrait d’un carnet dont le modèle est déterminé par le Ministère des Finances.
Les carnets de reçus prévoient notamment le numéro d’inscription au facturier de sortie en matière de TVA de la facture délivrée. Une mesure transitoire permet d’utiliser les anciens carnets de reçus encore en possession moyennant l’ajout sur les duplicata de ce numéro d’inscription.
Les carnets de reçus et le livre journal sont fournis par des imprimeurs agréés. La liste des imprimeurs agréés peut être demandée aux Services centraux de l’administration générale de la fiscalité, Administration Petites et Moyennes Entreprises, Services centraux, Soutien au Management – Autorisations, North Galaxy, – Tour A, Boulevard du Roi Albert II, 33 boîte 28 à 1030 Bruxelles (secr.pmekmo@minfin.fed.be).
Elle est également accessible via internet, à l’adresse suivante :
http://finances.belgium.be/fr/independants_professions_liberales/imprimeurs_agrees/

controles

precompteLe fisc annonce un renforcement des contrôles sur la retenue et le paiement du précompte professionnel des dirigeants d’entreprises.
Les rémunérations et avantages perçus par les dirigeants d’entreprise sont soumis à un précompte professionnel. Les sociétés ont donc l’obligation de procéder à des retenues donc les barèmes sont fixés légalement.
Cependant, dans la pratique, ce précompte s’avère souvent nettement plus élevé que l’impôt réellement dû. Il est donc tentant d’adapter le montant du précompte retenu en fonction de l’impôt final estimé. On constate aussi que nombre de sociétés ne paient pas de précompte sur les avantages en nature parce que la manière de prendre en compte ces derniers n’est pas encore définie (par exemple, imposition des personnes physiques ou inscription au compte courant).
L’administration fiscale a décidé de renforcer ses contrôles à ce sujet et d’appliquer plus strictement les sanctions prévues en cas de retard de régularisation. Des sanctions administratives seront ainsi appliquées en plus des intérêts de retard.

Quid des versements anticipés ?
Une autre pratique courante est d’utiliser les versements anticipés d’impôts pour compenser le montant du précompte professionnel initialement retenu. Mais le fisc n’autorise pas ce « choix ». L’obligation de faire des versements anticipés ne concerne que la situation suivante :

  • Le dirigeant d’entreprise perçoit des rémunérations de plusieurs sociétés
  • Chacune de ces sociétés effectue des retenues de précompte professionnel selon les barèmes en vigueur.
  • La somme de tous ces paiements de précompte ne suffit pas à couvrir l’impôt total dû sur les rémunérations du dirigeant.

En résumé, il n’est donc plus autorisé ou même toléré de :

  • Effectuer un calcul « sur mesure » du précompte professionnel dans le but de « coller » le plus possible à la réalité de l’impôt des personnes physiques (dans le but de payer ou de récupérer le moins possible)
  • Ne pas retenir de précompte professionnel sur les avantages en nature
  • Payer le moins possible de précompte professionnel et d’utiliser ensuite les versements anticipés pour « régulariser » les montants non retenus.
investissement professionnel

La réforme du calcul des cotisations sociales entrera en vigueur le 1er janvier 2015.

En pratique, chaque indépendant recevra, durant l’année en cours, une proposition de cotisation provisoire. Celle-ci sera calculée sur base du revenu net imposable de 3 ans auparavant. La nouveauté est que l’indépendant aura 3 possibilités :

  • Accepter la proposition et donc payer le montant proposé par sa caisse d’assurances socialescotisations-sociales
  • Faire augmenter sa cotisation provisoire en fonction du revenu estimé de l’année en cours
  • Faire réduire sa cotisation provisoire
    • à la cotisation minimale (si le revenu estimé est inférieur au seuil minimum)
    • au double de la cotisation minimum (si le revenu attendu est inférieur à deux fois le seuil minimum mais supérieur à ce seuil minimum)
    • Signalons que, pour prétendre à cette réduction, l’indépendant devra fournir une motivation accompagnée d’éléments objectifs.

Une régularisation du montant des cotisations sera opérée lorsque le gouvernement aura transmis à la caisse d’assurances sociales le revenu définitif. Aucun bonus n’est prévu pour les indépendants ayant trop payé. Par contre, une majoration sera appliquée en cas de cotisation réduite injustifiée.

Quelques points d’attention :

  • Tous les revenus sont pris en compte : un indépendant ayant exercé une activité principale et une activité complémentaire au cours de la même année peut donc voir le montant de ses cotisations sociales régularisé pour l’ensemble de ses revenus.
  • En cas de passage d’une activité principale vers une activité complémentaire au cours de la même année, la cotisation proposée reste de vigueur. Il y a donc lieu de demander une éventuelle réduction du montant.
  • Une régularisation reste possible même après une cessation d’activité (y compris pour cause de maladie ou de pension). A la pension, une demande peut être introduite pour ne plus recevoir de régularisation.
titre-service

titre_serviceLa réglementation relative aux titres-services a changé.

 Depuis le 1er janvier 2014, le prix d’achat unitaire est passé de 8,50 € à 9 € pour les 400 premiers titres-services commandés. Pour les 100 titres-services suivants, le tarif passe de 9,50 € à 10 €. Ces barèmes valent par personne. Un ménage a donc droit à 800 titres-services au prix de 9 €, les 200 suivants étant tarifés 10 €.

Petit rappel : à partir du 1er juillet 2013, le montant déductible est limité à 1.380 € par personne et par an. Votre réduction d’impôt est calculée sur un taux d’imposition de 30%.

Plus d’infos : www.titres-services-onem.be