Impôts anticipés pour éviter les majorations

Afin d’anticiper votre impôt nous vous conseillons souvent d’effectuer un versement anticipé avant la fin de l’année.

Ceci afin d’éviter, d’une part, de devoir débourser votre impôt en une fois et, d’autre part, afin d’éviter que le montant d’impôt ne soit augmenté par des majorations si vous n’effectuez pas de versements anticipés.

Pour les sociétés, la sanction en cas d’absence de versements anticipés est de 6,75 % de majoration. Pour les personnes physiques, la majoration est fixée à 2,25 %.

Anticiper votre impôt et le verser à l’état au cours de l’exercice est donc important.

A titre d’exemple pour une société sur un impôt de 10.000 €, la sanction en cas d’absence de versements anticipés est de  675 €.

Il est à noter que les personnes venant de démarrer leur activité depuis moins de trois ans ne subissent pas la sanction si elles n’effectuent pas de versements anticipés (sous conditions).

Enfin, aucune majoration ne sera due quand son montant une fois calculé est inférieur à 0,5 % de l’impôt ou à 80 €.

Des bonifications sont également accordées. Ces bonifications sont d’autant plus importantes si vous effectuez le versement tôt dans l’année (la première date officielle est le 10/04/2021).

Les versements anticipés peuvent bien entendu être répartis tout au long de l’année et ce en fonction de l’évolution de votre résultat. Si vous passez par votre banquier afin qu’il vous finance le montant, les intérêts seront déductibles fiscalement.