fbpx Skip to content

Tax Shift 2016 : quelques mesures en bref

Les premiers effets du « tax shift » se feront ressentir dès 2016. Glissement fiscal opéré par le gouvernement, il vise à réexaminer et modifier le système actuel de taxation avec notamment pour but de réduire les charges sur le travail et relancer l’emploi.

Les premiers effets positifs de ce tax shift sont notamment :

Réduction des charges salariales en faveur de l’emploi

Les charges sur le travail sont relativement élevées dans notre Royaume et notre compétitivité s’en trouve affectée. Les pouvoirs publics ont donc prévu une diminution de notre handicap salarial grâce à une réduction des charges salariales. Les cotisations patronales à la sécurité sociale vont donc passer de 33% à 25% en plusieurs années et ne seront déjà plus qu’à 30% en 2016.

Augmentation du pouvoir d’achat

Si les informations ne sont pas encore précises, les bas et moyens salaires devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter d’environ 100 €/mois.

Réduction de cotisations patronales à la sécurité sociale pour l’engagement de premiers travailleurs

Si vous engagez un premier travailleur entre le 1er janvier 2016 et le 31 décembre 2020, vous ne paierez aucune cotisation patronale de base, et ce à durée indéterminée. Les réductions actuelles du 1er au 5ème travailleur seront applicables du 2ème au 6ème travailleur.

Coup de pouce pour les PME

En outre, des mesures seront prises pour encourager le développement des PME (à hauteur de 430 millions d’euros).

 

En contrepartie, certaines mesures viendront équilibrer les effets positifs ci-dessus tels que :

–          un relèvement de la TVA sur l’électricité à 21 % (au lieu des 6 % actuels) ;

–          un relèvement des accises sur le diesel, le tabac, les sodas et l’alcool ;

–          une taxe sur les plus-values boursières spéculatives (actions détenues moins de 6 mois) ;

–          un fonctionnement plus efficace des autorités publiques ;

–          un relèvement du précompte mobilier de 25 à 27 % sur tous les produits financiers, sauf ceux du carnet d’épargne. Cette augmentation ne devrait pas s’appliquer aux PME ; les régimes de chômage avec complément d’entreprise (anciennes prépensions) deviennent plus chers pour l’employeur ;

Partagez

Articles recommandés

X